Pour le retour d’Hubert Védrine au Quai d’Orsay

Hubert-Vedrine.

Usé et même malade selon certains, Laurent Fabius devrait après la conférence sur le climat de novembre prochain à Paris quitter son poste qu’il occupe depuis mai 2012. Si son bilan est mitigé, ses possibles et probables successeurs ont de quoi nous faire regretter son passage au Quai d’Orsay, à moins que son successeur ne soit Hubert Védrine. Explications. 

 

Plus jeune premier ministre de l’histoire de la Ve République en 1983, Laurent Fabius n’a en 2015 toujours pas marqué l’Histoire. Fatigué et même gravement malade selon certains, Laurent Fabius devrait laisser sa place après la Cop21 (Conference Of the Parties) de novembre prochain. Conscient que la fin de son titre de chef de la diplomatie français approche, on voit ces derniers mois que Laurent Fabius est en croisade pour faire réussir la Cop21, histoire de finir en beauté. Finir sur une bonne note, car son action fut soit mitigé, ou sans résultats. En effet, son action en Syrie, en Ukraine et en Iran furent sans lendemain, ou pire le Quai d’Orsay fut court-circuité systématiquement par l’Élysée ou par l’Hôtel de Brienne. En effet sur les ventes d’armes (Rafales et Mistrals) aux monarchies du Golfe ou à l’Égypte c’est Yves Le Drian qui était missionné. En outre, sur le dossier ukrainien, c’est l’Élysée qui a pris en main les négociations, comme en témoigne les Accords de Minsk II de février dernier sur le format « Normandie ». Ensuite sur le dossier irako-syrien, on constate un rétropédalage de la France, qui désormais frappe en Syrie comme elle vient de le faire le 27 septembre dernier, mais pour frapper elle doit parler avec le régime pour être en coordination avec l’armée régulière, et d’autre part, ce même 27 septembre, le président François Hollande a déclaré vouloir « discuter avec tous », on est donc loin du « punir El Assad » pour le Président de l’été 2013 ou de El Assad ne mérite pas de vivre selon Laurent Fabius en automne 2013. Enfin, sur le dossier iranien, Laurent Fabius par son attitude dans les négociations 5+1 à Vienne de juillet dernier va peser négativement dans les relations économiques et diplomatiques entre les deux pays. Mais, symbole de la prise en main par l’Élysée de la diplomatie, la semaine dernière une pléthore de grands patrons Français s’est rendu en Iran où ils étaient accompagnés par le secrétaire d’État au commerce extérieur Mathias Fekl, mais surtout par Sébastien Le Foll, proche de François Hollande, ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement.

Parti vers le Conseil Constitutionnel, qui pour remplacer Laurent Fabius ?

Élysée, Matignon, Quai d’Orsay, Solferino, Palais Bourbon, et au Palais du Luxembourg des rumeurs bruissent sur le successeur de Laurent Fabius.

Premier choix, celui de la continuité avec Elisabeth Guigou. En effet, la présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale, est dans la même ligne que Laurent Fabius, à la nuance près qu’elle semble plus dure sur le dossier ukrainien, comme en témoigne ses déclarations sur la visite en Crimée par des parlementaires l’été dernier, mais elle semble plus ouvert sur le dossier iranien, comme on a pu le voir lors de sa visite en Iran en août dernier. Par ailleurs elle a été plusieurs fois ministre.

Second choix Ségolène Royal, pilier du gouvernement par son expérience (relativement aux autres) son poste actuel de ministre de l’écologie et ses visites notamment de cet été en Afrique, peuvent lui permettre de surveiller l’application des mesures prises lors de la Cop21. En revanche son côté d’électron libre en particulier lors de ses déclarations peuvent l’handicaper dans un milieu où l’on n’aime guère les propos fracassants.

Troisième choix, Bertrand Delanoë. Si ce choix serait avant tout politique, n’oublions pas qu’il voulait être le secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie et ses années à la mairie de Paris lui ont permis d’avoir un réseaux avec des hommes de pouvoir Africains (on ne parle plus de Françafrique mais d’Afriquefrance selon le spécialiste de l’Afrique Antoine Glaser). Ce choix serait avant tout politique, en vue de 2017 pour le Président François Hollande, ancien secrétaire du Parti Socialiste, donc fin politique pour rassembler la gauche et pour s’assurer son électorat urbain des classes supérieures.

Pourquoi Hubert Védrine ?

Néanmoins, la diplomatie française façonnée tant par le cardinal De Bernis que d’Aristide Briand, tant de Charles-Maurice de Talleyrand que de Roland Dumas n’a pas besoin d’un politique mais d’un technicien de la diplomatie. La France a besoin d’un ministre rompu aux négociations et d’un fin connaisseur des arcanes diplomatiques des trois zones stratégiques de la France : Europe, Afrique et Moyen-Orient. Par ailleurs, après sa carrière publique, et outre ses conférences, Hubert Védrine tient un cabinet de conseil qui lui a permis de rester dans le milieu et de tisser des relations avec les élites globalisées qui agissent sur le monde. En outre, Hubert Védrine est de ceux qui veulent que la France et l’Europe ne sortent pas de l’Histoire, tout en actant que le monopole des Occidentaux dans le « Grand jeu » est terminé, et qu’un monde multipolaire est à l’horizon.

Ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2002 sous la cohabitation, et auparavant de 1991 à 1995 secrétaire général de la présidence de la République et conseiller diplomatique de François Mitterrand, Hubert Védrine s’il incarne la vielle garde est l’homme qu’il faut au Quai d’Orsay. En effet, Védrine est à la fois pragmatique mais dispose d’une vision du monde. Hubert Védrine donnerait du souffle à une France qui diplomatiquement sur les réfugiés, sur la Syrie et dans une moindre mesure sur l’Ukraine ne fait que suivre pour ne pas être effacer. Hubert Védrine donnerait une vision à long-terme, un cap, une ligne à une diplomatie française qui ne fait que réagir par de la tactique court-termiste. Hubert Védrine est un Braudélien, un adepte du temps long, de la temporalité des abysses, voyant l’Histoire régulée par des forces profondes.

Sur l’Europe, Hubert Védrine a toujours clamé que le scepticisme sur la construction actuelle de l’Union Européenne n’est pas une haine de l’Europe, mais la volonté d’avoir une autre Europe. Une Europe moins technocratique et bureaucratique et plus démocratique. Par ailleurs, la charge historique d’Hubert Védrine pourrait rééquilibrer le couple franco-allemand, moteur de l’Union Européenne. Une Europe qui doit se faire plus indépendante vis-à-vis de l’OTAN, cela devra être sanctionné par une reprise normale des relations avec la Russie. Par ailleurs sur l’OTAN, Hubert Védrine sait qu’on ne fait de la diplomatie que sur des réalités, or depuis la présidence de Nicolas Sarkozy la France a rejoint le commandement intégré de l’OTAN, même si elle participait sous Jacques Chirac aux réunions du comité militaire. Nicolas Sarkozy n’a pas consacré donc un tournant mais plutôt parachever une politique. Hubert Védrine devrait donc militer pour une France qui impacte plus les décisions de l’OTAN. Si Hubert Védrine est un néo-réaliste, il sait que si on applique la realpolitik à l’égard des monarchies du Golfe on doit faire de même avec la Russie. La realpolitik est absolue ou n’est pas.

Au Moyen-Orient, si Hubert Védrine a été on ne peut plus gaullo-mitterandien en appliquant la politique arabe de la France, force est de constater que la recomposition actuelle de la région ne permet plus (hors question palestinienne) de l’appliquer. Néo-réaliste, Hubert Védrine tachera de dialoguer avec les États de la région, et de proposer une solution politique aux sunnites Irakiens et Syriens, seule solution pour éliminer durablement l’État Islamique, sans oublier les sociétés civiles qui depuis le « printemps arabe » ont un poids non négligeable. Par ailleurs, si la France depuis les premiers investissements du Qatar dans l’Hexagone au cours des années 1990, et surtout depuis l’assassinat très probablement par la Syrie de l’ancien premier ministre Libanais Rafic Hariri en 2005, très proche de Jacques Chirac, fait le pari sunnite, Hubert Védrine devrait rapprocher de la France de l’Iran pour des raisons économiques mais aussi pour des raisons stratégiques au Liban, au Yémen, en Irak et en Syrie. Enfin sur la question palestinienne, Hubert Védrine a déclaré que si les puissances occidentales avaient vraiment voulu régler ce conflit, il serait régler depuis longtemps.

 

Bref, à l’instar de Georges Clémenceau Hubert Védrine n’est pas quelqu’un qui tremble à la moindre crise, et il croit sans doute à la ligne fixée par le Général De Gaulle « c’est parce nous ne sommes plus une grande puissance qu’il nous faut une grande politique, parce que si nous n’avons plus une grande politique, comme nous ne sommes plus une grande puissance, nous ne serons plus rien ».

 

Par Romain Dewaele

Publicités

Un commentaire

  1. Fidèle lecteur des travaux de monsieur Dewaele, j’ ai pris acte de son engagement, semble-t-il personnel et très argumenté pour le « retour » de monsieur Hubert Védrine au quai d’ Orsay. S’ agissant du « parcours » de Laurent Fabius aux Affaires Etrangères, monsieur Dewaele, souligne que l’ action de Laurent Fabius .. ».fut soit mitigée ou sans résultats. Son action en Syrie ou en Ukraine et en Iran furent sans lendemain etc… En revanche … » si son bilan (Laurent Fabius) est mitigé ses possibles et probables successeurs ont de quoi nous faire regretter son passage au Quai d’ Orsay « .
    Tout cela me semble effectivement contradictoire et paradoxal, ou bien c’ est une façon très habile de monsieur Dewaele pour « soutenir » son candidat, monsieur Hubert Védrine.
    Bravo à monsieur Dewaele d’ avoir diffusé cette importante information avant que les grands médiats s’ en emparent.

    Jean Coldeboeuf

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s