Qui est le Général Gilbert Diendéré, le nouvel homme fort du Burkina Faso ?

diendéréSuite à un coup d’état mené le 16 et 17 Septembre 2015, le Général Diendéré, chef des putschistes, est désormais l’homme fort du Burkina Faso. Cet ancien chef d’Etat-major de Blaise Compaoré est aussi discret que puissant. En 30 années de pouvoir, il n’a que très peu parlé au média.

 L’homme est réputé discret et même timide, pourtant du haut de son mètre 95 et de sa stature athlétique, il impose le respect. Réputé pour être un homme courtois il est très apprécié de ses hommes, les fameux membres du Régiment de Sécurité Présidentiel, qu’il dirige personnellement depuis 30 ans. Suite au départ forcé de Blaise Compaoré en 2014, il est démis de toutes ses fonctions. Pourtant, c’est avec eux qu’il a conduit un coup d’état ce 16 et 17 septembre. Pour comprendre qu’elles sont ses motivations, il faut d’abord comprendre l’homme.

Fidèle parmi les fidèles de Compaoré depuis 1980

Depuis les premières années de sa carrière militaire il est un collaborateur fidèle de Blaise Compaoré. D’abord sous-officier adjoint de son mentor, il évoluera à ses côtés pendant toute sa carrière. Diendéré est un des acteurs clés de la révolution de 1983. Il mènera vaillamment ses troupes jusqu’à Ouagadougou, la capitale. Il est aussi l’homme qui supervisa « l’arrestation » de Thomas Sankara, qui comme chacun le sait, finit en bain de sang. En 1989, il déjoue une tentative de coup d’état fomenté contre Compaoré. Dès lors, il devient définitivement l’homme de confiance de son ami Président. De cette confiance il se sert pour devenir l’homme le plus puissant du pays. Il refonde complètement l’appareil de renseignement Burkinabé, il centralise lui-même les informations provenant des RG, de la gendarmerie, des douanes, de l’armée et des pays étrangers. Il sait tout, sur tout le monde, au Burkina Faso mais aussi au Mali et dans les pays voisins. Ces expertises seront souvent demandées et toujours plébiscitées par les puissances étrangères, en  particulier  la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique en Afrique.

Un Chef militaire

Le Général Gilbert Diendéré n’est pas qu’un homme de renseignement, il est aussi un chef militaire, formé à Saint-Cyr et accompli aux combats. Il est notamment le fondateur et le commandant opérationnel du Régiment de Sécurité Présidentiel. Composé par 1000 soldats, ce régiment est le mieux équipé, entrainé et payé du pays. Véritable force spéciale, formée en grande partie par la France, les soldats y sont aguerris et habitués aux opérations  risquées. Leur matériel est comparable à celui de forces occidentales et les hommes sont formés à son maniement. Le RSP est réputé plus puissant militairement à lui seul, que l’intégralité de la force Burkinabé réunie.

Des mains sales

L’homme est accusé d’avoir supervisé, pour Blaise Compaoré, l’assassinat du Capitaine Thomas Sankara. En trente années de soutien au pouvoir, il est aussi accusé d’avoir commandité l’enlèvement et parfois l’élimination de plusieurs opposants politiques et journalistes.  En fin stratège, il n’a jamais laissé de preuves, ni d’indices, mais sa proximité et surtout la confiance que lui vouait Compaoré, l’indique comme, si ce n’est le responsable, le commanditaire. En outre, le RSP est accusé de nombreuses exactions, notamment lors des dernières années de présidence du dictateur. Une commission de réconciliation avait d’ailleurs demandé la dissolution du RSP, qui devait devenir effective lors du mois d’Octobre.

Motivation ?

Pour comprendre les motivations du Général Diendéré, nous pouvons admettre trois hypothèses :

La Première, par fidélité absolue, voir absurde, il provoque un coup d’état afin de rétablir Blaise Compaoré . Cela semble peu probable, l’ex-président est âgé et malade. Il est d’ailleurs actuellement hospitalisé au Maroc. Par contre, l’hypothèse d’un proche ou d’un membre de la famille Compaoré, est elle parfaitement imaginable.

La seconde, sentant leurs avantages bientôt supprimés par le nouveau pouvoir et par peur de la justice, les éléments du RSP fomentent un putsch afin de négocier leur reddition, ou de porter au pouvoir un leader  qui ne leur soit pas défavorable.

La dernière, après 30 années dans l’ombre, le Général souhaite désormais atteindre le plus haut poste de l’état Burkinabé. Il espère pouvoir compter  sur sa force militaire et son réseau important pour obtenir à moyen terme une légitimité internationale.

Seul l’avenir nous dira quelles sont les motivations du Général Diendéré, sûrement sont-elles multiples et entremêlées. Une chose est sûre, elles sont réfléchies. En effet le coup d’état a été parfaitement préparé et exécuté. A ce jour Ouagadougou est complétement verrouillée par le RSP, qui n’a trouvé aucune réelle résistance dans son action. Le putsch est dénoncé par  l’ONU, la France et l’Union Africaine. Peu légitime et sans majorité populaire, les prochains jours marqueront profondément l’avenir du pays de Thomas Sankara. Très implantée militairement dans la région, la France peut aussi jouer un rôle important dans cette crise…

 

Par Antoine Valentin

Publicités

2 commentaires

  1. Tout d’abord je vous remercie cordialement pour cet article.

    Je félicite le général Gilbert Diendere pour sa bravoure et sa collaboration avec l’ancien chef d’État Compaore .
    Au fait à l’heure actuelle , je suis contre toute forme de coup d’etat dans quelque soit le pays sur la planète d’une part et cette mauvaise pratique de prendre le pouvoir résonne mal à l’entendement de tous d’autre part.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s