Pourquoi l’immigration est bénéfique pour l’Allemagne, et pas forcément pour les autres pays européens…

merkel

La Chancelière allemande, Angela Merkel, a estimé qu’il « est nécessaire d’aborder la question des migrants dans l’esprit de solidarité propre à l’Europe » et qu’il est « notre devoir de fournir une protection et une aide aux personnes en situation de désespoir ».

Quelle surprise fût la nôtre à l’écoute de ces quelques mots de compassion et cette invitation à une politique « ouverte » à l’accueil des migrants. En effet, la Chancelière Allemande est plus connue pour sa froideur et son manque de compassion à l’égard de la souffrance d’autrui. Resteront célèbres le fameux « c’est le cours de la vie » à l’évocation du triplement du taux de suicide chez les jeunes grecs ou encore le « chacun doit faire des efforts » au sujet des mères seules en grande précarité. Nous voilà donc particulièrement étonnés de ce soudain revirement, doublé d’une gratitude bien surprenante. Pourquoi donc, la Chancelière soutien désormais une politique d’accueil massif des migrants ? Et si, l’Allemagne avait des avantages à obtenir de cette nouvelle position politique ?

pop allemagneL’Allemagne, outre sa bonne santé financière et économique, souffre de plusieurs maux. Dont certains, sont particulièrement graves pour l’avenir du pays. En premier lieu une démographie déclinante et une population vieillissante.  D’ici 2060 l’Allemagne devrait perdre naturellement 15 Millions d’habitants. Ce dévissement abyssal de la population va avoir de nombreux effets néfastes. En premier lieu,  un manque chronique de main d’œuvre pour répondre au marché du travail, créant une chute importante des capacités productives, une moindre soutenabilité de la dette ainsi qu’un problème de poids des dépenses publiques de retraite (qui vont mécaniquement augmenter).

La chute démographique Allemande a déjà créé des trous d’air dans l’économie nationale. Depuis 2008, afin de soutenir sa capacité de production le pays germanique a favorisé l’afflux de jeunes travailleurs détachés, du Sud de l’Europe. Dès 2010 le nombre de jeunes grecs  travaillant en Allemagne a augmenté de +75%, le nombre de portugais et d’espagnols (+50%) et les italiens (+35%). Pour la seule année 2012 ce sont plus de 130 000 européens du Sud qui ont rejoint l’Allemagne, idem pour 2013.  L’avantage de ces jeunes européens est leur niveau de formation élevé (formation supportée par le pays d’origine et donc « gratuite » pour l’Allemagne) et leur faible coût. Rappelons ici que l’Allemagne est le premier employeur européen d’intérimaires Bulgares, dont le salaire horaire moyen ne dépasse pas les 2.58€.  A partir de la fin de l’année 2013, le nombre d’européens travaillant outre Rhin a progressivement connu une stabilisation voir même un ralentissement. Plusieurs raisons l’expliquent ; l’épuisement des viviers, la montée d’une « germanophobie » dans les pays du Sud de l’UE ainsi qu’une petite relance économique dans la plupart des pays d’origines.

En simultané le marché de l’emploi Allemand a évolué. Deux caractéristiques sont désormais remarquables, les métiers à faible niveau de qualifications et à faibles volumes horaires, qui représentaient 10% des offres d’emplois, en représentent aujourd’hui plus de 35%. Ces offres ne correspondent pas suffisamment aux aspirations des demandeurs d’emplois européens pour motiver une immigration vers l’Allemagne. Quant aux jeunes Allemands, leur niveau de qualification est un des meilleurs d’Europe, et les métiers de l’industrie et du service leur tendent déjà les mains. 

Par conséquent, l’Allemagne est déjà dans une situation de pénurie de mains d’œuvre. Ce besoin sera largement accru lors des 30 prochaines années. Cette situation explique en grande partie la bonté soudaine de la Chancelière Allemande. Reste à savoir pourquoi imposer au niveau européen cette politique ? Comment des pays surendettés, et dont les plus optimistes perspectives économiques ne permettent même pas la résorption du taux de chômage actuel, feront pour accueillir et employer cette nouvelle main d’œuvre… Certains y verront une façon d’accroître l’avantage concurrentiel de l’économie Allemande sur celles de ses voisins, d’autres un esprit humaniste et bienveillant…

Carte des flux migratoire, source : sébastien Chagnis.
Carte des flux migratoire, source : sébastien Chagnis.

 

Par Antoine Valentin

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s