Tunisie, mur de sable contre terrorisme islamique

tunisia-733601_640A l’heure où  le mur en barbelé hongrois défraye la chronique en Europe,  la Tunisie érige aussi un « mur » le long de sa frontière commune avec la Libye.

Habib Essid, le chef du gouvernement Tunisien l’avait annoncé il y a déjà plusieurs mois, son pays construit un mur le long de sa frontière avec la Lybie. Le mur de 170 km (sur les 450 km de frontière commune) est composé d’une  « butte » de sable de 2.50 mètres de haut, suivie d’une tranchée d’un mètre de profond par deux mètres de large. L’édifice semble étudié pour entraver les déplacements de véhicules. Le gouvernement tunisien a annoncé cette construction aux suites des attentats et dans le but « de faire face à la menace islamiste voisine ». Rappelons en effet, que de nombreux islamistes radicaux (dont les auteurs des derniers attentats) séjournent dans  des camps d’entrainement libyens avant de revenir sur le sol tunisiens.

cartegeologLa Libye qui est plongée dans le chaos le plus total depuis la chute du Colonel Kadhafi, compte désormais deux gouvernements et des dizaines de groupuscules, bandes mafieuses et autres organisations terroristes se réclamant d’une autorité territoriale. Depuis plus de deux ans les relations diplomatiques entre les deux pays voisins sont particulièrement tendues. Notamment suite à l’attaque et le kidnapping de dix diplomates tunisiens en juin dernier, qui avait entrainé la fermeture du consulat.

Les gouvernements Libyens accueillent très mal cette construction, en dénonçant une décision « unilatérale et idiote ». Le gouvernement de Tripoli annonce même que « Toute mesure destinée à sécuriser la frontière entre les deux pays doit faire l’objet de consultations bilatérales, car aucune décision unilatérale ne peut garantir la sécurité. » Remarque surprenante pour un gouvernement doublons, dans un pays failli et en pleine guerre civile…

La Tunisie est devenue le principal pays d’accueil pour les Libyens, depuis la chute de l’ancien régime, entre 1.5 et 2 millions de Libyens ont choisi de s’installer de l’autre côté de la frontière. Cette situation d’abord acceptée et encouragée par le pouvoir tunisien, commence à créer des tensions dans un pays qui compte moins de 12 millions d’habitants. L’économie tunisienne très dépendante de celle de sa voisine (1/3 du PIB) souffre donc doublement. Reste à voir si la politique migratoire de la « jeune » république tunisienne ne devrait pas notoirement évoluer dans les prochains mois.

Des premières mesures ont déjà été prises en Janvier 2015, avec l’interdiction pour les réfugiés libyens d’exercer aucune activité politique « pouvant nuire aux relations entre les deux pays ». La crainte d’un accroissement de la circulation d’armes et de combattants semble pousser la Tunisie à l’action. Les contrôles et les fouilles sont déjà renforcées. Des unités spéciales sont également déployées et d’autres sont en formation pour contrer les menaces terroristes. Reste à savoir si ces mesures et le mur de sables arrêteront de djihadistes.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s