Israël : Qui est l’ennemi intime ?

Pride Gay Tel« La situation à Jérusalem est plus tendue entre orthodoxes et non-orthodoxes qu’entre Juifs et Arabes » Ehoud Olmert (premier ministre d’Israël de 2006 à 2009)

Malgré le fait que de parler d’Israël et de la Palestine devient de plus en plus périlleux en France, où la folie des uns répond à l’irrationalité des autres, deux faits récents corroborent mon hypothèse sur la véritable menace sur Israël. Explications.

D’abord la mort d’une Israélienne de 16 ans poignardée par un extrémiste juif (Yishai Schlissel) le 30 juillet dernier, alors qu’elle participait à la Gay Pride de Jérusalem.

Ensuite la mort d’un bébé Palestinien, le 4 aout dernier, brûlé vif dans sa maison à Douma par Meir Ettinger. Ce dernier étant une figure du mouvement Jeunes des colonies. Ce terroriste juif est actuellement en détention administrative, il est donc détenu sans inculpation et pour une durée de six mois renouvelable.

20 ans après l’assassinat du premier ministre Yitzhak Rabin par un extrémiste alors qu’il tenait un discours sur la paix, ces deux actes ne sont pas isolés. Ces actes, ces extrémistes ne naissent pas ex-nihilo.

D’une part ces actes témoignent de certaines déclarations du personnel politique israélien (comme la toute nouvelle ministre de la justice Ayelet Shaked). D’autre part ces actes illustrent l’imputé dont jouissent certains colons (Hébron).

Ainsi que l’impact des campagnes « à la Patrick Buisson » du premier ministre Benyamin Netanyahu, et de la composition de ses majorités.

« Au Moyen-Orient, on ne peut pas faire la guerre sans l’Égypte, la paix sans la Syrie » proverbe libanais

Ces actes représentent à mon sens la principale menace pour Israël. Au niveau extérieur, paradoxalement malgré la présence proche de l’Etat Islamique Israël n’a jamais été autant en sécurité. Israël est en totale collaboration avec la Jordanie et l’Égypte, deux pays frontaliers et liés par des accords de paix. Israël collabore avec les services de sécurité de l’Autorité Palestinienne, et par l’intermédiaire du président égyptien Sissi, Israël noue des contacts avec le Hamas. De même l’Égypte régule à Rafah l’ouverture/fermeture des tunnels vers la Bande de Gaza. De plus, aujourd’hui la Syrie est de facto divisée entre schématiquement un « alaouitistan » de Damas vers les littoraux (la Syrie « utile »), le Kurdistan syrien, les zones contrôlées par les rebelles du Front Al Nosra et Ansar Al-Sham, et les zones contrôlées par Daesh. Parmi les représentants de pays qui dans leurs discours attaquent Israël, combien veulent et peuvent attaquer Israël ? Pas le Hezbollah trop faible face à Tsahal et préoccupé à faire survivre le régime d’Assad, ni l’Iran préoccupé par la Syrie, le Yémen, son économie, et qui veut désormais apparaitre comme une puissance régulatrice et non déstabilisatrice.

Mur des Lamentations (Jérusalem)Les menaces pour Israël viennent donc de l’intérieur. D’une part la colonisation (implantation pour les uns) en Cisjordanie (Judée-Samarie pour les mêmes) qui dénature le projet sioniste. En effet la colonisation grignote la Cisjordanie, où de plus en plus des villages palestiniens vont se trouver de facto en territoire israélien, dès lors que faire de ces Palestiniens ? (car les 400 000 colons de Cisjordanie ne partiront pas) Si ces Palestiniens demandent à devenir des citoyens Arabes Israéliens auront-ils les mêmes droits et devoirs qu’un habitant de Haïfa ? Si ce n’est pas le cas, on constatera un Apartheid.

Ensuite, si tous ces Palestiniens deviennent des citoyens Israéliens, Israël sera donc par un Etat binational où l’équilibre démographique sera en faveur des Arabes. On sera donc à l’opposé du sionisme porté par Theodore Herzl.

Géographie électorale d’Israël en 2015Enfin, la menace qui pèse sur Israël est sur la définition de sa Nation. Comment rassembler les juifs ultra-orthodoxes de Méa Shéarim à Jérusalem, qui ne reconnaissent pas Israël (par interprétation théologique), et qui ne font pas le service militaire, et à l’opposé les Israéliens de la gentrifiée métropole de Tel Aviv, en passant par les membres d’un Kibboutz au pied du Golan ?

« Qu’est-ce qu’un Israélien craint le plus ? L’insécurité militaire par l’évacuation des territoires occupés ou la perte de l’identité juive par le gonflement de l’identité arabe ? » Raymond Aron

Par Romain Dewaele

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s