Vente de Rafales aux Indiens, un contrat qui tombe à l’eau !?

Rafale

Après l’annonce par le gouvernement indien de casser l’appel d’offres des 126 Rafales (dont au moins 108 construits en Inde), le pays est désormais en désaccord avec le constructeur sur le prix de vente des 36 avions de combat Rafale.

Le Premier ministre indien, avait annoncé en Avril dernier que le contrat devait être finalisé en « un mois ou deux », depuis le temps passe et les divergences s’accroissent. Initialement, la fabrication des 36 Rafales devait être réalisée « sur étagère », c’est-à-dire que les avions devaient être construits en France, afin d’optimiser les coûts et les délais. Mais d’après l’agence Reuters les acheteurs souhaitent désormais des « offsets », c’est-à-dire des réinvestissements d’une partie de la valeur sur le sol Indien, par de la formation de personnels, ou l’utilisation de composants indiens. Cette demande est accueillie difficilement par le constructeur Français, qui ne dispose d’aucun canal d’investissement et d’approvisionnement en Inde.

En outre, l’annulation de l’appel d’offres des 126 Rafales créer des divergences supplémentaires, qui semblent de plus en plus insurmontables… Pour l’Inde, le prix unitaire des Rafales est désormais trop élevé car le marché des 36 Rafales ne comporte que très peu de transfert de compétences. D’après l’agence Reuters, le gouvernement indien cherche à faire baisser le prix unitaire de 8 à 10%. Pour le fabricant Français, le problème est inverse, moins d’économies d’échelles, car le nombre d’appareils diminue et plus de charges avec le respect des « offsets » et donc l’utilisation de composants Indiens (redéveloppement, recherche, approvisionnement, etc…).

Les divergences semblent si importantes que les chances de réussite du contrat sont chaque jour plus minimes.

L’armée de l’air Indienne est aujourd’hui largement équipée d’avions Russes, notamment des Mig 29 et Su 30. Les partenariats économiques et militaires avec la Russie sont réguliers et souvent couronnés de succès. Par exemple,  de nombreuses licences de fabrication sont accordées comme celle des missiles Brahmos. Outre ce partenaire traditionnel, l’Etat Indien ouvre ses marchés militaires aux USA, qui a déjà vendu plusieurs navires de réformes et de nombreux hélicoptères. Nul doute qu’en cas d’annulation du contrat, nombreuses seront les offres des deux supers puissances militaires…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s